Vous n’osez pas dessiner ?

 

 

Vous avez découvert le carnet de voyage depuis longtemps… mais vous redoutez le moment de vous lancer ?

Avant même le premier coup de crayon, chaque croquis devient un mur de difficultés, un Everest insurmontable ?

 

Vous rêvez de remplir, enfin, ces jolis carnets achetés en boutique… Mais vous avez peur de gâcher vos pages en ratant un trait ?

Vous déchirez les dessins « moches, ratés, pas montrables », vous collez des photos de magazine par-dessus pour cacher votre manque de technique ?

 

Vous aimeriez oser vous asseoir sur un banc pour dessiner en quelques coups de Bic la façade d’une jolie maison, le détail d’une statue, un arbre sympa… sans craindre le regard ou les questions des passants ?  

 

 

Beaucoup de mes stagiaires ont peur elles aussi de toucher à leurs crayons, et répètent qu’elles ne savent pas dessiner.

 

Voici ce que je leur répond :

 

Si vous savez écrire, vous savez dessiner.

 

Vous savez écrire ?

 

Vous êtes donc capable de tracer des lignes, des cercles, des courbes.

 

Et qu’est-ce que le dessin, si ce n’est tracer des formes sur le papier ?

 

Bien sûr, savoir écrire n’est qu’un premier pas avant de coucher l’instant sur le papier…

 

Et c’est justement ce premier pas qui nous intéresse aujourd’hui !

 

Alors laissez-moi vous le répéter encore une fois…

 

Tout le monde est capable de dessiner un rond, un carré, un triangle.

 

Tout le monde peut dessiner.

 

 

VOUS POUVEZ DESSINER !

 

 Vous n’entraînerez ensuite votre main qu’en pratiquant, en faisant des erreurs, puis en recommençant en gardant dans un coin de votre tête les leçons que vous en aurez tirées !

 

Les erreurs sont précieuses, et ne devraient pas condamner vos croquis à la poubelle.

 

J’ai d’ailleurs une bonne nouvelle pour vous :

 

Pas besoin d’une technique parfaite.

 

Même dans les musées,

même dans les tableaux de maîtres,

se cachent parfois des erreurs grossières de perspective, de proportions…

 

Vous ne me croyez pas ?

 

Alors laissez-moi vous prouver avec une simple chaise que bien dessiner ne signifie pas avoir une technique irréprochable.

 

Mais avant,

je dois vous révéler quelque chose.

 

 

 

Le talent n’est pas un cadeau mystique offert par une bonne fée penchée au-dessus d’un berceau.

 

 

Les artistes que vous admirez ne sont pas nés avec un don exceptionnel…

 

 

En revanche, ils ont bien compris qu’être doué ne signifie rien sans travail.

 

 

Ils savent que chaque jour passé sans pratiquer leur arrache une infime partie de leur savoir-faire.

 

 

C’est pourquoi ils ont tous en commun de s’entraîner régulièrement.

 

 

Certains prétendent ne jamais travailler et profiter simplement de leur talent naturel… Mais n’y croyez pas.

 

 

Les très bons peintres, musiciens, chanteurs… sont pour la plupart des professionnels, et peuvent donc se permettre de perfectionner leur technique du matin au soir.

 

Heureusement, les progrès n’en demandent pas tant. Pratiquer cinq ou dix minutes par jour suffit pour s’améliorer, à condition que cela devienne une habitude.

 

Cinq à dix minutes.

 

À peine le temps de boire un café en terrasse !

 

 

 

Et savez-vous ce qui les motive à s’entraîner avec tant d’assiduité ?

 

C’est un ingrédient tout simple mais indispensable, quel que soit le domaine dans lequel vous voulez progresser.

 

Sans lui, vous pousserez chaque matin votre carnet sur la pile « plus tard »…

Sans lui, vous ne laisserez jamais personne découvrir vos carnets…

Sans lui, vous finirez par ranger vos pinceaux au fond d’un placard…

 

Heureusement, cet ingrédient tout simple peut suffire à éviter ça.

 

Cet ingrédient…

 

C’est le plaisir.

 

Seul le plaisir fait la différence entre un élève sage qui se cramponne à ses modèles pour les reproduire à l’identique, bien proprement…

 

… et un carnettiste créatif qui explore ses outils en s’éclatant,

qui progresse sans voir les jours passer,

sans s’inquiéter des erreurs, des notes, des commentaires.

 

Vous aussi, vous voulez être cette personne ?

 

Laissez-moi alors revenir à cette chaise dont je vous ai parlé tout à l’heure…

 

 

 

 

Même les plus grands artistes faisaient des erreurs.

 

 

 

Penchons-nous par exemple sur un détail tiré d’un tableau iconique…

 

 

Vous la reconnaissez ?

 

Cette chaise figure sur la toile « La Chambre à Arles » de mon peintre préféré, Vincent Van Gogh.

 

Maintenant, replaçons-la dans son environnement d’origine…

 

 

La ligne d’horizon est au centre du tableau : il s’agit de la limite entre le parquet et le mur du fond.

Le peintre est placé face au mur opposé, et dessine ce qu’il voit depuis cet endroit.

 

Voyez l’angle des lignes qui convergent vers la ligne d’horizon…

Maintenant, observez bien les deux chaises du tableau…

 

Elles sont vues depuis exactement le même angle.

 

Or, placées comme elles le sont, elles ne peuvent pas être identiques.

 

En bref, la perspective de ces chaises est fausse.

Eh oui, même Van Gogh faisait des erreurs de perspective !

 

Et pourtant, tous les musées du monde se l'arrachent…

 

Pourquoi ?

 

Ce qui séduit les foules, ce n’est pas sa technique. Ce sont les émotions qu’il nous fait ressentir face à sa petite chambre.

Il a peint sans se soucier du regard des autres, mais seulement de son ressenti et du moment qu’il vivait.

 

Dessiner, dessiner encore, pour vous seule… vous fera progresser sans même vous en rendre compte.

 

Imaginez…

 

Vous êtes à Paris, sur un quai de métro.

 

Vous laissez passer une rame le temps de trouver une silhouette sympa à dessiner… Oh, de l’autre côté du quai, une vieille dame avec une grande capeline et un manteau en fourrure rose ! Vite, un croquis !

Mais le trait dérape. Le cou est trop long, autant jouer avec en l’allongeant comme une girafe, à la sauce Modigliani ! La rame arrive, et le temps de dessiner le plan du métro, vous êtes au Louvre.

 

Au premier étage, c’est une immense scène de banquet qui vous arrête. Roh là là comme c’est beau, et le personnage de gauche vous fait de l’œil. Aquarelle ou Bic ?

Le gardien, curieux, vient voir ce que vous faites. Vous lui montrez votre carnet, et lui demandez un petit mot. En plus il a une jolie écriture.

 

En sortant du musée pour déjeuner, le ciel est bleu céruléen avec une touche d’outremer. Deux-trois essais sur le carnet, c’est bon, vous l’avez, ajoutez la date et l’heure, la température donnée par la croix verte de la pharmacie d’en face, chouette journée.

 

Au petit restaurant italien, quand votre assiette fumante arrive, pas de temps à perdre : vous avez faim ! Ce sera l’occasion de faire travailler la mémoire pour la dessiner après coup, et les dernières gouttes de votre expresso laisseront leur empreinte sur le papier. Le patron est ravi d’ajouter un petit coup de tampon et vous demande s’il peut la prendre en photo pour sa page Facebook.

 

 

Vous repartez en souriant, l’œil aux aguets, vous aimeriez trouver une jolie fontaine à croquer… Dans quelques mois vous partez à Rome, et voulez vous entraîner avant d’immortaliser la si belle fontaine de Trevi !

 

 

 Vous vous dites peut-être :

Oui mais… Je n’ai ni le temps ni les moyens de partir en Italie !

 

Pourtant, pas besoin de voyager pour faire un carnet de voyage !

 

Remplir une page peut accompagner votre café du matin… Ou un trajet pour aller au travail, bien que je vous déconseille de dessiner en conduisant ! Chaque détail de votre vie quotidienne peut être prétexte à saisir la poésie de l’instant.

 

Je ne peux pas croire que vous n’ayez pas cinq minutes à vous accorder par jour pour vous faire plaisir…

 

Quant au budget…

Organiser des vacances en famille, s’inscrire à des cours hebdomadaires près de chez soi, ou encore partir en randonnée le temps d’un week-end a aussi un coût.

 

Si vous estimez donc qu’apprendre le carnet de voyage ne mérite ni quelques jours, ni un budget (même restreint), il est évident que mes stages ne sont pas faits pour vous.

 

Et si vous pensez pouvoir progresser depuis chez vous, seule, sans accompagnement, je ne peux que vous y encourager !

 

Mais si vous êtes encore en train de me lire, c’est probablement qu’il vous manque l’élan nécessaire pour oser vous lancer.

 

Alors permettez-moi de me présenter…

 

 

 Je suis Charlotte Keraudren, artiste peintre et carnettiste professionnelle formée aux Beaux-Arts.

 

Depuis plus de 15 ans, j’organise des stages de carnet de voyage pour enseigner à celles et ceux qui le souhaitent l’art de poser le moment sur le papier.

 

J’ai accompagné plus d’un millier de personnes dans la découverte et l’approfondissement de cet art vagabond…

 

Et c’est aujourd’hui à vous que je propose de partir apprendre le carnet de voyage.

 

Vous trouverez ci-dessous tous les détails sur mes stages.

 

Et pour vous inscrire, rendez-vous tout en bas de cette page !

 


 

Déroulement d’un stage

 

Mes stages se déroulent en Bretagne et à l’étranger, entre juin et octobre, et s’adressent aux personnes majeures (ou mineures accompagnées d’un adulte) de tout niveau : débutante ou expérimentée, vous êtes la bienvenue !

Mes stages durent généralement 5 jours entiers (du lundi au vendredi) et sont annoncés à la fin du mois de novembre par le biais d’un calendrier de stages que je publie sur mon site.

 

 


 

NOMBRE DE PARTICIPANTS

 

Le nombre de places est limité à 10 stagiaires maximum (sauf pour les stages à l’étranger qui accueillent 6 à 8 personnes) :

D’une part, pour des raisons de convivialité…

D’autre part, pour avoir du temps à consacrer à tout le monde en m’adaptant aux niveaux de départ de chacun.

 

 

Il est important pour moi que chaque stagiaire se sente à sa place et puisse progresser à son rythme.

 


 

EXERCICES

 

Nous alternons les exercices et les techniques au fil des lieux que nous visitons. Je suis toujours présente avec vous durant les journées de stage.

Pendant les exercices, je viens vous voir une par une pour vous conseiller, vous aider… Vous pouvez également me demander de venir vous voir si besoin.

J’en profite pour préciser qu’il n’y a pas de question idiote ! N’hésitez pas à me demander de réexpliquer une règle ou une consigne, les questions que l’on n’ose pas poser profitent souvent à l’ensemble du groupe.

 

D’autre part, les exercices donnés ne sont jamais imposés. Nous ne sommes pas à l’école 🙂 ! Si le sujet proposé ne vous inspire pas, vous êtes tout à fait libre de dessiner autre chose. Je conseille néanmoins d’essayer les différentes techniques.

 

Après la plupart des exercices, on pose tous les carnets ensemble.

C’est l’occasion d’apprécier les croquis des autres, de s’encourager mutuellement… et de constater à quel point chaque carnettiste a un style et un regard uniques !

 

 

Je donne alors des commentaires groupés, afin que chacun apprenne du travail des autres stagiaires.

 


 

HORAIRES

 

Le premier jour, nous nous retrouvons vers 10 heures du matin pour aller prendre un café ensemble et faire connaissance.

Nous dessinons ensuite jusqu’en fin d’après-midi, avec bien sûr une (grosse) pause pour déjeuner.

 

 

Les jours suivants, l’heure des retrouvailles est avancée à 9 heures 30 environ.

 


 

REPAS

 

Nous passons les journées ensemble, y compris le déjeuner. Il s’agit la plupart du temps d’un pique-nique, parfois nous nous offrons un petit restaurant (sans obligation).

Nous décidons chaque jour de l’organisation du déjeuner du lendemain.

 

 

 

Les stagiaires qui le souhaitent peuvent aussi dîner ensemble le soir, après les journées de stage.

 


 

LOGEMENT

 

Dans les stages en Bretagne, soit je propose un logement groupé, soit chacune se loge à sa guise.

 

 

Dans les stages à l’étranger, je prévois toujours un logement pour l’ensemble du groupe. Attention, les frais d’hébergement et d’avion sont à votre charge.

 


 

DÉPLACEMENTS

 

Les stages se déroulant en ville commencent généralement dans le centre-ville. Je vous emmène ensuite découvrir les alentours, dans un rayon de 30 km autour de notre lieu de résidence, souvent sur deux sites principaux par jour.

 

Pour ces trajets d‘un site à l’autre, des covoiturages sont organisés pour limiter le nombre de voitures. Les stagiaires qui utilisent leur voiture sont indemnisées par les personnes transportées à raison de 5 € par jour et par personne.

Il est donc possible de venir aux stages en train !

 

Par ailleurs, le pass sanitaire est recommandé pour vous éviter de faire un test à chaque musée, expo, café, restaurant…

 

 


 

MATÉRIEL

 

Voici la liste du matériel dont vous aurez besoin lors d’un stage avec moi :

  • une petite palette d’aquarelle de 12 couleurs,

  • un pinceau à réservoir,

  • 1 ou 2 stylos et crayons,

  • un bâton de colle,

  • une petite paire de ciseaux,

  • un carnet !

 

Tous ces outils sont trouvables en magasin de fournitures artistiques pour moins de 50 €.

 

 

Apporter plus de matériel n’est pas nécessaire. Je recommande justement de vous limiter à cette (toute petite !) liste afin d’apprivoiser rapidement vos outils, mais aussi pour voyager léger. Le carnet de voyage n’aime pas s’encombrer !

 


 

INSCRIPTION

 

Pour vous inscrire, choisissez un stage parmi ceux de mon calendrier (voir tout en bas de cette page) puis envoyez-moi un email pour réserver votre place.

Votre inscription sera validée dès réception de votre règlement et de la fiche d'inscription.

 

Les réservations sont ouvertes jusqu’à ce que le stage soit complet. Vous pouvez donc vous inscrire jusqu’à la veille du stage s’il reste des places. 

 

 

Certaines destinations se remplissent vite, parfois en moins de 24 h. Si le stage qui vous intéresse est complet, je peux si vous le souhaitez vous mettre sur liste d’attente et vous prévenir dans le cas où une place se libère.

 


 

ANNULATION / REMBOURSEMENT

 

 

Lorsqu’un stage est annulé (en raison du covid par exemple), vous pouvez choisir entre un remboursement intégral ou un avoir équivalent.

 

En cas d'annulation de votre part, vous pouvez offrir votre place à un proche (majeur) ou être remboursé moins une retenue de :

 

 

  • 10 % si vous annulez à plus de 60 jours du stage ;

  • 50 % si annulation entre 60 et 15 jours ;

  • pas de remboursement si annulation à moins de 15 jours du stage.

 


 Inutile de noter tout cela sur un post-it : vous recevrez après votre inscription un document sous forme d’abécédaire, expliquant en détail comment se déroulera le stage.

 

 Pour découvrir le calendrier des prochains stages et vous inscrire, c’est ici :

 

 

 

Attention, les places peuvent partir très vite, parfois en moins de 24 heures selon les destinations !

 

Si vous souhaitez découvrir des témoignages d'anciennes stagiaires, c'est là :